compo image

Comment aider les auxiliaires en hiver ?

C’est quand il fait froid qu’il est difficile pour nombre d’habitants du jardin de trouver suffisamment de nourriture et un refuge. Les fleurs sont fanées,l’atmosphère se refroidit et le sol est gelé. Afin de conserver un équilibre dans votre jardin entre ravageurs et auxiliaires, il faut surtout protéger ces derniers. Ainsi, vous diminuez indirectement le nombre de ravageurs qui sinon se propageraient sans limites et pourraient attaquer vos plantes au printemps.

compo image

Offrir une protection de feuilles aux auxiliaires

Un jardin naturel et désordonné est la mesure la plus simple pour protéger les auxiliaires contre le gel. Vous pouvez, par exemple répartir les feuilles mortes sur les plates-bandes et sous les arbustes. Le gel du sol est ainsi ralenti et les vers de terre sont protégés du froid en profondeur. 

Si vous avez rabattu votre haie à l’automne, mais que vous n’avez pas encore évacué les déchets de taille, entassez-les pour le plus grand bonheur des hérissons, crapauds et araignées à qui vous offrez ainsi des refuges pour l’hibernation. Ils apprécient également les refuges tels que les pots de fleurs vides. Protéger les hérissons est un véritable atout pour votre jardin, car ils dévorent principalement les gastéropodes qui eux-mêmes se régalent des fleurs et des légumes.

Ne pas toucher aux vivaces

Attendez le printemps pour tailler vos vivaces et les oiseaux y trouveront encore de la nourriture dans les tiges florales. De plus, les chrysalides et œufs de papillons pourront se développer remarquablement dans les tiges creuses. Les oiseaux adorent les baies des prunelliers, argousiers, aubépines ou lauriers-tins usuels.

Abeilles et bourdons recherchent également des quartiers d’hiver : sans eux, pas de fleurs, de fruits ni de légumes. Pour les héberger, achetez ou construisez un hôtel à insectes et à abeilles à installer dans le jardin. Les animaux y trouveront refuge en hiver.

compo image

Nourrir les oiseaux

En hiver, il est désormais coutumier de nourrir les oiseaux avec des graines ou des boules de graisse lorsque la recherche de nourriture devient plus difficile. Ainsi les oiseaux non migrateurs reviennent souvent dans nos jardins. On distingue les oiseaux granivores (pinsons, moineaux et bruants jaunes) des oiseaux insectivores (rouges-gorges, mésanges, accenteur mouchet, merles).

compo image

Instructions

Fabriquer soi-même la nourriture pour les oiseaux

Au lieu d’acheter de la nourriture pour oiseaux, vous pouvez réaliser vous-même un mélange de graisse et de nourriture. Utilisez de la graisse de coco, du beurre fondu ou du suif de bœuf. Les grains de blé, graines de tournesol, chènevis ou noix broyées conviennent parfaitement aux granivores. Les insectivores préfèrent les flocons d’avoine, le son, les raisins secs et les baies.

Garnissez des tasses de papier-cuisson, chauffez et versez la graisse dans la tasse avec le mélange de graines. Puis incorporez une ficelle pour suspendre la boule. Après refroidissement, ôtez le papier-cuisson avec soin et suspendez le tout à l’extérieur.

compo image

Noix et graines pour les écureuils

Les écureuils aussi apprécient un surcroît d’alimentation en hiver ! Il existe des mangeoires spéciales très robustes, car les écureuils peuvent être très acharnés, voire brutaux, lorsqu’il s’agit de nourriture. Remplissez les mangeoires de noix ou de noisettes, de graines, de faînes, de champignons ou de châtaignes. Peut-être reste-t-il un peu de place au jardin pour planter un noisetier ou des arbustes ? Vous devrez certes alors partager votre récolte, mais également assurer une alimentation autonome et pérenne des rongeurs.

Partager

compo image

ALGOFLASH. Un pas de géant pour votre jardin.

Suivez-nous sur :